jeudi 17 février 2011

Mascouche et la bibliothèque

Édito
Soyons positifs!
Il y a deux facettes à une médaille; On nous propose régulièrement la négative: j'opte pour la positive. Ici, ce sera pour la Bibliothèque municipale.

Apparemment, selon des rapports consacrés à l'ensemble des bibliothèques du pays, ou de la Province, elle tirerait de la patte! Mais si chaque citoyen faisait un petit pas: une fois par semaine, une fois par mois, une fois par année, cet argent financerait ainsi l'achat d'un livre. Quelle est la population de Mascouche: 42 000 personnes! À 2 ou 3$ par tête, la Bibliothèque pourrait acheter de beaux livres. Il faudrait que cela soit une contribution volontaire et non «étatisée ou municipalisée». Une boîte à dons pour l'achat de livres pour nos jeunes, pour les adultes et nos aînés.

Quand un poste est en jeu, et ci peut-être celui de la bibliothécaire, n'y a-t-il pas moyen de financer une partie du salaire par un commerçant opulent de la région, ou un comité de mécènes qui ont à coeur la vie de la municipalité? Cette forme de commandite rapporterait d'un côté comme de l'autre et n'entachera aucune partie de favoritisme.

La revitalisation d'un centre-ville est bonne pour les commerçants: ils pourraient donc, peut-être, selon leurs moyens, même si parfois ils sont surtaxés, compressés dans leurs dépenses, commanditer seul ou à plusieurs des activités ludiques qu'offre la Bibliothèque; ils y trouveraient rapidement des retombées économiques, car il y aurait du monde dans les rues du centre-ville vers ce bâtiment de la connaissance universelle pour emprunter des livres, des cd ou des cassettes de musique.

Rêveuse
Je préfère rêver que de démolir, car en ce moment, envers Mascouche, cela devient une pratique courante: haro sur le baudet chaque semaine. C'est dans notre intérêt à tous que les nouvelles de Mascouche soient positives: elles vont attirer des gens dans ce beau coin de la région des Moulins, qui vont acheter, qui vont lire, qui vont se détendre dans les beaux parcs.

Encore ce matin, en me réveillant, à la radio: une autre mauvaise nouvelle annoncée de Mascouche.  Quelqu'un pourrait-il parler d'événements sans les annoncer comme des mauvaises nouvelles, cela équilibrerait et donnerait le deuxième côté de la médaille: la Sodam qui se démène pour offrir des activités culturelles et patrimoniales d'intérêt public; le Festival de peinture de Mascouche; les équipes sportives; les bons coups commerciaux.... etc.

Que j'aille chez des amis à Trois-Rivières, à Montréal, à Terrebonne, à Rawdon... «Ça va mal à Mascouche», c'est ce qu'on me dit à chaque fois. Comme me disait un membre de ma famille: «Parlez-en bien, parlez-en mal, mais parlez-en». Alors, je donne tous les bons coups dont je suis au courant...

Le pouvoir de l'écrit, je le veux ici constructif, sans être autruche!

Bon Masccouche!
Danièle Miny

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Bonjour
La Plume visiteuse vous remercie de votre intérêt pour le contenu de son blog. N'hésitez pas à m'envoyer vos commentaires et vos suggestions:
danieleminy@hotmail.com

Mon village: Maskinongé

 Texte et photos Danièle Miny Il y a cinq ans, je m'installais à la campagne. Je m'y suis trouvée une maison quasi centenaire où il ...